Une deuxième mosquée à la sortie sud

https://www.centre-presse.fr/article-255212-une-deuxieme-mosquee-a-la-sortie-sud-de-la-ville.html
13/09/2013 09:22 | Vienne | CHATELLERAULT |
Une deuxième mosquée à la sortie sud de la ville
Ouvert par un courant dissident de la mosquée officielle, un second lieu de culte musulman a été installé au sud de la ville. Explications.

L'endroit est discret malgré sa proximité immédiate avec l'ex-nationale 10. Cet ancien magasin de meubles, à la sortie sud, a été transformé en mosquée.

« On loue ici depuis le début de l'année. On l'a partiellement utilisée pendant le mois du ramadan. Mais on doit d'abord achever les travaux pour se mettre en conformité avec les autorisations », explique Abdelkader Henni.
Lui est le porte-parole de l'association (l'Association culturelle et cultuelle du Poitou) à l'origine de ce second lieu de culte musulman. Abdelkader Henni est aussi l'ancien président de l'association « Masjid Essalam », qui gère la mosquée « officielle », située avenue Paul-Painlevé.
A l'été 2012, il a démissionné de ses fonctions, en même temps que Mohamed Djeghloul, l'imam en poste depuis 23 ans, faisait l'objet d'un licenciement. Officiellement parce que les caisses de l'association étaient vides au point que le salaire de l'imam ne pouvait plus être versé.

 " Leur intention, c'est de diviser. C'est une provocation ! "

Depuis, l'ancienne équipe et ses soutiens ont fait dissidence, créé une association et décidé de faire mosquée à part, donnant, quoi qu'ils en disent, une image de division. « Un certain nombre de personnes ont souhaité simplement ouvrir un autre lieu de culte autour de l'imam Mohamed Djeghloul, soutient Abdelkader Henni. Ce n'est pas inutile dans une ville comme Châtellerault où il y a de plus en plus de musulmans. »
« Il n'y a pas une volonté de division, se défend aussi Tayeb Taiebi, le président de l'association. A Châtellerault, la communauté musulmane est plus importante qu'à Poitiers ou La Rochelle. Et, là-bas, il y a deux mosquées. Oui, c'est vrai, il y a eu discorde à un moment donné. Pour éviter les tensions, il vaut mieux aller ailleurs. C'est une mesure qui va justement dans le sens de l'apaisement. » Ce n'est évidemment pas l'avis de Mohammed Henni Chebra, le président de « Masjid Essalam », qui n'a pas de mots assez forts pour dénoncer l'initiative : « Leur intention, c'est de diviser. C'est une provocation ! ».
Entre les deux associations, qui se réclament du courant modéré et de la Grande Mosquée de Paris, le courant ne passe plus.

Les remous au sein de la communauté musulmane et l'ouverture d'une 2e mosquée à Châtelleraullt, on se refuse évidemment à la commenter à la sous-préfecture où on s'en tient au strict plan administratif. C'est le sens de la réponse faite hier soir par la sous-préfète Véronique Schaaf-Lenoir. « Ils ont fait ça dans les normes en déposant la création de l'association et les statuts à la sous-préfecture comme toute association. Nous, on n'a pas à donner d'avis sur cette implantation. Le domaine sur lequel on est vigilant, c'est sur la question de la mise en sécurité de locaux. Ils ont un certain nombre de prescriptions pour que leur établissement soit aux normes afin de recevoir du public. » Sur ce point, la sous-préfète indique qu'il a été donné un délai à l'association jusque début 2014.
L'association, de son côté, indique qu'elle va consacrer 50.000 € à mettre aux normes les 700 m2 de locaux. Avec quel financement ? Selon Abdelkader Henni, le lieu de culte est financé par « des gens de la communauté musulmane, les adhérents de l'association, des mécènes ». L'association assure avoir une centaine d'adhérents.


Catégorie : -
Page lue 161 fois